local_hospital Service urgences 24h/24
chevron_leftToutes les actualités

20 July 2022

RESTER SEUL, CELA S’APPREND !

bookmark_borderÉducation et ComportementeditPassion Véto

Si l’on y réfléchit, le fait d’être isolé de ses congénères est totalement anormal pour un individu appartenant à une espèce sociable comme le chien. Dans la « Nature », à laquelle on aime se référer, les chiens se regroupent et ne restent jamais seuls bien longtemps. Pourtant, la vie en famille impose souvent plusieurs heures d’isolement par jour. Alors, comment faire en sorte que la solitude se passe le mieux possible pour votre compagnon ?  

La solitude : un défi pour le chien

On ne le répétera jamais assez : les chiens sont des animaux sociaux. Comme nous, ils préfèrent vivre en groupe. Si on leur en laissait la possibilité, la plupart des chiens resteraient au contact de leurs humains, le jour mais aussi la nuit ! Beaucoup s’habituent à rester seul la nuit, la plupart peuvent également tolérer d’être isolés quelques heures dans la journée, mais pour certains, le fait d’être laissés seuls à la maison est un facteur de stress intense, qui ne doit pas être sous-estimé. Cela dépend de leur tempérament et notamment de leur niveau d’anxiété.

Dans les cas les plus sévères, le stress à l’isolement se manifeste par des symptômes physiques : halètements, salivation et déambulations dans la maison. Ces symptômes sont « silencieux », à moins de filmer le chien, il est possible que les propriétaires ne s’en rendent pas compte.  

Mais, d’autres signes d’anxiété ne passent pas inaperçus. C’est le cas : 
  • des vocalisations (gémissements, hurlements, aboiements) qui gênent les voisins
  • des comportements de mâchonnements (destructions des meubles, « vol » d’objets appartenant au propriétaire)
  • ou de la malpropreté (émission de selles ou d’urine). 

« Docteur, je vous assure ! Il sait qu’il a fait une bêtise ! »

Lorsqu’ils rentrent à leur domicile et découvrent les « bêtises » commises par leur animal en leur absence, beaucoup de propriétaires sont persuadés que le chien sait très bien qu’il a fait quelque chose de mal. Ce regard fuyant et cette posture recroquevillée dans le panier en sont la preuve ! 

 Pourtant, la réalité est toute différente : le chien lit sur le visage de son propriétaire que celui-ci n’est pas content, mais il ne sait pas pourquoi. Par contre, il a appris que lorsque les humains font ce genre de tête, c’est inquiétant (le chien a peut-être déjà été puni dans des circonstances similaires) et qu’il vaut mieux s’éloigner. 

 Une étude célèbre, menée en 2009, a étudié ce « regard coupable » (guilty look en anglais) que les chiens font. La chercheuse a filmé le comportement de 14 chiens soumis au protocole suivant : le propriétaire donnait l’ordre au chien de ne pas manger une friandise laissée à disposition, puis sortait de la pièce. Lorsqu’il revenait, l’expérimentateur disait au propriétaire que le chien avait obéi ou qu’au contraire, il avait mangé la friandise. Mais, ce que l’on disait au propriétaire n’était pas toujours vrai. 

 En réalité, le « regard coupable » ne dépend pas du fait que le chien ait mangé ou non la friandise interdite, mais de ce que le propriétaire sait (ou croit savoir) du comportement de son animal : les chiens qui montraient le plus de « culpabilité » étaient ceux qui étaient grondés pour avoir mangé la friandise, même s’ils ne l’avaient pas mangée ! D’ailleurs, les chiens qui réagissaient le plus au fait d’être grondés étaient justement ceux qui avaient correctement obéi. On montre ainsi que le « regard coupable » n’est qu’une réponse à l’attitude du propriétaire et aux signaux que celui-ci envoie au chien, sans même s’en rendre compte.

Faire en sorte que l’isolement se passe bien

Punir un chien parce qu’il est anxieux en l’absence de ses propriétaires est donc à bannir. C’est inutile et contreproductif. Il vaut mieux apprendre au chien à rester seul, en considérant que l’isolement ne devrait pas durer plus de quatre heures par jour. En effet, si l’on habitue progressivement les chiots à la solitude pendant de courtes périodes de temps, ils pourront mieux supporter l’isolement à l’âge adulte.

Quel que soit son âge, il est recommandé de préparer le chien à ce qui l’attend. Les techniques qui consistent à partir sans que le chien ne s’en rende compte sont bien plus anxiogènes pour l’animal, qui finira de toute façon par comprendre que vous allez partir lorsqu’il entendra le tintement de vos clés ou qu’il vous verra mettre vos chaussures.

Mettez plutôt en place une routine avant votre départ : prévenez votre chien avec une commande vocale (toujours la même) et laissez lui de quoi s’occuper (des jouets à mâchonner sont une bonne option). Au départ, partez quelques minutes puis augmentez progressivement la durée. Cela peut prendre plusieurs semaines pour que le chien aborde la solitude sereinement.

Enfin, il ne faut pas oublier que beaucoup de chiens ne supportent pas la solitude car ils s’ennuient. Des chiens dynamiques, qui n’ont pas leur quota d’activité dans une journée, vont avoir tendance à explorer tout ce qu’ils trouvent dans la maison et donc à « détruire » des objets. Si vous devez laisser votre chien seul à la maison, pensez à lui faire faire une grande balade juste avant, pendant laquelle il aura pu se dépenser.

editPar Passion Véto Partager cet article